Liberté Camus

 

Camus

 

Quand j'ai lu, dans Le Canard Enchaîné, l'article de Jean-Luc Porquet intitulé : "Camus l'anarchiste" au sujet du livre "Écrits libertaires 1948-1960" d'Albert Camus (Édition Égrégores/Indigène) j'ai tout de suite acheté ce bel ouvrage pour en rendre compte dans l'Union Pacifiste. En effet, les pacifistes sont naturellement intéressés quand Lou Marin, pseudonyme de notre ami de l’IRG et libertaire allemand qui a rassemblé ces textes, rapporte dans sa longue et belle introduction la phrase de Lecoin, publiée dans Liberté, en 1960, à la mort de Camus "Les objecteurs perdent en Camus leur meilleur défenseur".

Lou Marin raconte comment Albert Camus a connu et apprécié les libertaires dans le journalisme : Maurice Laisant du Monde libertaire, Rirette Maîtrejean coéditrice de L'Anarchie, Robert Poix de la revue culturelle et antimilitariste Témoins, Pierre Monatte de La Révolution prolétarienne, Gaston Leval du Libertaire et Louis Lecoin de Défense de l'Homme et de Liberté. Albert Camus aimait fréquenter aussi les typographes, les correcteurs et les correctrices des journaux quotidiens dont faisaient aussi partie Victor Serge, May Picqueray et Marcel Body.

Liberté 3

 

Pour le lancement de son journal Liberté Louis Lecoin obtiendra le soutien de plusieurs peintres (Vlaminck, Bernard Buffet, Van Dongen…) et pour son Comité de "Secours aux objecteurs de conscience" Albert Camus signera tout de suite, avec André Breton, Jean Cocteau, Jean Giono, Lanza del Vasto, l'abbé Pierre, le pasteur Roser et le directeur du Canard Enchaîné, Robert Tréno. C'est Albert Camus qui rédigera le projet de statut pour les objecteurs de conscience et qui aidera toujours Louis Lecoin dans la défense des antimilitaristes.

Pour vous donner envie de lire ce beau livre illustré de photos et de coupures de presse, voici deux citations des écrits d'Albert Camus parus dans Défense de l'homme :

"Je parie pour la paix. C'est mon optimisme à moi. Mais il faut faire quelque chose pour elle et ce sera dur. C'est là mon pessimisme. De toutes façons, seuls ont mon adhésion aujourd'hui les mouvements pour la paix qui cherchent à se développer sur le plan international. C'est chez eux que se trouvent les vrais réalistes. Et je suis avec eux."

Cette prise de position éclaire l'attitude d'Albert Camus, souvent incomprise, pendant la guerre d'Algérie.

"Dans tous les cas, je parle ici en écrivain. Les écrivains ont toujours été du côté de la vie, contre la mort. Où serait la noblesse de ce dérisoire métier s'il n'était fait justement pour plaider inlassablement la cause des êtres et du bonheur".

Bonne lecture !

Liberté 4